International Journal of Financial Accountability, Economics, Management, and Auditing (IJFAEMA)

Journal Information
EISSN : 2788-7189
Total articles ≅ 86
Filter:

Latest articles in this journal

Amadou Bamba, Yaya Sidibe, Sory Dolo, Mamady Sissoko
International Journal of Financial Accountability, Economics, Management, and Auditing (IJFAEMA), Volume 3, pp 1082-1097; https://doi.org/10.52502/ijfaema.v3i6.196

Abstract:
L’objectif de ce papier est de mesurer l’effet des dépenses publiques en capital humain sur la croissance économique au Mali. Les données couvrent la période de 1986 à 2018. A l’aide de la méthode d’estimation ARDL, les résultats montrent que les dépenses en capital humain sont favorables à la croissance économique de l’année en cours et moins favorables pour les années qui suivent. Dans le long terme, les dépenses en capital humain ont un effet positif sur la croissance économique au Mali, l’effet est plus important pour les dépenses de santé que les dépenses d’éducation. Au regard de ces résultats, les politiques économiques doivent porter sur, l’orientation des dépenses en capital humain vers les dépenses d'investissements dans le secteur de la santé et de l’éducation.
Ousmane Younoussa Maiga, Babakar Soumare
International Journal of Financial Accountability, Economics, Management, and Auditing (IJFAEMA), Volume 3, pp 1098-1109; https://doi.org/10.52502/ijfaema.v3i6.206

Abstract:
Le présent article fait un focus sur les effets de la pandémie de la COVID-19 à travers les mesures barrières édictées pour stopper sa propagation. Il met en évidence les conséquences de la COVID-19 sur la récession économique, la transition des ménages dans la pauvreté et les stratégies de résilience utilisées contre la COVID-19. En effet, la contraction des industries productives a entrainé une baisse de 7,1 point le niveau de production. Depuis l’apparition du premier cas positif au Mali, la pandémie de la COVID-19 a durement affecté la population à travers ses conséquences notamment sur l’emploi et l’accès aux services de soins de santé et d’éducation. Les conséquences de la COVID-19 ont été plus marquées pour ses effets indirects que directs. Au niveau de l’emploi, la pandémie a entrainé une augmentation brutale des pertes d’emploi, en particulier dans les secteurs tertiaire et secondaire. Au plan de l’éducation la fermeture des écoles a contraint de garder plus de quatre millions d’enfants à la maison. Au niveau de la santé, la mobilisation des acteurs de la santé pour contrer la pandémie a conduit à des conséquences négatives sur des programmes essentiels comme la vaccination et les programmes de lutte contre certaines maladies. Environs 30 à 40% des ménages étaient dans les difficultés d’accès aux services de soins jusqu’en octobre 2020. A la même période 56% des ménages ruraux ont connues une réduction de leur revenu. Les principales stratégies d'adaptation utilisées par les ménages pour faire face aux effets de la COVID-19 outre les mesures gouvernementales ont été la vente d'actifs, l'engagement dans des activités génératrices de revenus supplémentaires, le recours à l'épargne, l'aide des amis et de la famille, la réduction de la consommation alimentaire et l'emprunt auprès des amis et de la famille. L’approche méthodologique a reposé sur une analyse descriptive des données en coupe transversale. Les données utilisées sont issues d’enquêtes réalisées par les structures relevant du système statistique nationale du Mali et des rapports d’études sur la COVID-19 au Mali.
Nyasseu Emma Joachim, Yepdo Florentin Gaël, Tatang Atabonfack Pulchérie Léonie, Cheguem Shupo Davine Myskinole
International Journal of Financial Accountability, Economics, Management, and Auditing (IJFAEMA), Volume 3, pp 1031-1046; https://doi.org/10.52502/ijfaema.v3i6.186

Abstract:
Du fait des changements profonds qu’apportent les nouveaux concepts sur lesquels se base le référentiel de l’IASB, le passage aux normes IFRS a été qualifié d’une révolution comptable. Le but d’harmonisation de cette institution se réalise à travers la diffusion mondiale progressive des normes IFRS. Toutefois, les entreprises de la zone OHADA sont concernées par ce changement. Compte tenu de la rareté des travaux de recherche dans le domaine, nous essayons d’analyser à travers ce papier, l’adoption de telles normes en contexte OHADA. Pour y parvenir, cet article rappelle le mécanisme de passage aux normes IFRS dans l’espace OHADA, étudie ensuite l’intérêt pour les entreprises de cette zone et enfin met en évidence les enjeux liés à un tel projet. Les principaux résultats montrent que loin d’être un simple outil de présentation et de communication de l’information financière, les IFRS constituent pour les entreprises de la zone OHADA, un levier d’attraction des investisseurs et d’intégration économique.
My Hicham Snineh, Hicham Mesk
International Journal of Financial Accountability, Economics, Management, and Auditing (IJFAEMA), Volume 3, pp 989-1007; https://doi.org/10.52502/ijfaema.v3i6.167

Abstract:
La finance classique ou standard ayant affiché certaines limites, notamment quant à l’explication voire la prédiction des dysfonctionnements des marchés boursiers, la finance comportementale propose un angle de vue supplémentaire en intégrant la psychologie des investisseurs comme complément d’analyse de tels évènements. Les travaux de recherche en la matière explicitent certes ce nouveau paradigme, mais se consacrent rarement à l’ensemble de ses aspects. C’est pourquoi, sans prétendre l’exhaustivité, l’objectif de ce papier est de mettre à la disposition des chercheurs en finance une revue de littérature touchant un maximum d’aspects, notamment la volatilité, la rationalité, ainsi que les biais et heuristiques. Nous adoptons alors une approche comparative pour mettre en évidence les apports de la finance comportementale remettant en cause la double hypothèse de rationalité et d’efficience qui fondent la finance classique.
Oumar Djibrila
International Journal of Financial Accountability, Economics, Management, and Auditing (IJFAEMA), Volume 3, pp 1008-1030; https://doi.org/10.52502/ijfaema.v3i6.170

Abstract:
La croissance économique des pays d’Afrique subsaharienne après leur indépendance s’est fondée sur les exportations des matières premières, surtout d’origine agricole, en vertu de la théorie de l’avantage absolu et comparatif et surtout de l’existence d’un marché mondial. En vue d’analyser ou de mesurer l’impact de la diversification internationale sur la croissance économique ivoirienne, nous procéderons à une analyse de sa politique commerciale avant 1980. Ensuite, nous examinons, l’effet de sa politique commerciale sur ses échanges commerciaux de 1980 à 2012, date importante dans l’histoire de l’évolution de la Côte d’ivoire. Le recours aux instruments de mesure caractéristiques de l’indice de Theil nous permet de montrer que la politique de diversification menée par la Côte d’Ivoire a un effet relativement moyen sur la croissance de ses exportations. Ce résultat suggère la mise en place d’une politique soutenue de transformation structurelle de l’économie ivoirienne.
Abdoulaye Ndiaye
International Journal of Financial Accountability, Economics, Management, and Auditing (IJFAEMA), Volume 3, pp 1110-1125; https://doi.org/10.52502/ijfaema.v3i6.211

Abstract:
In this article, we investigate the impact of bank liquidity level on the relationship between bank concentration and efficiency using a panel dataset of 60 banks across 7 WAEMU countries over the period 2005-2016. Our empirical methodology is based on the 2SLS IV estimator and non-linear analysis. Our results show that the concentration of the banking sector and the bank liquidity are negatively correlated with cost efficiency in the WAEMU. This is consistent with the Quiet Life Hypothesis which established that concentrated market incites suboptimal behaviors damaging to the banking profitability. However, the effects of concentration on cost efficiency are reduced for banks with lower levels of excess liquidity. This result shows that the holding of excess liquidity reinforces the effects of the Quiet Life Hypothesis.
Soufiane Ghyati, Tarik Kasbaoui
International Journal of Financial Accountability, Economics, Management, and Auditing (IJFAEMA), Volume 3, pp 1055-1070; https://doi.org/10.52502/ijfaema.v3i6.191

Abstract:
La commande publique représente une part importante des dépenses publiques : entre 15% et 17% du PIB du Maroc. La dématérialisation de la procédure des marchés publics se présente comme seule et unique solution devant les entités publiques pour renforcer leur efficacité en termes d’engagements et d’émissions. La dématérialisation de la procédure des achats des Universités va permettre d’améliorer leur efficacité et à participer à l’atteinte des objectifs de bonne gouvernance dans la gestion de la chose publique. Dans le cadre de cette recherche, nous allons adopter une méthode d’étude qualitative basée sur un entretien en profondeur. Cette étude aura comme objectif d’étudier la fonction des achats au sein de l’Université Hassan II – Casablanca et de proposer une démarche qui intègre la digitalisation comme étant une variable importante du développement de cette fonction. L’administration dudit guide au niveau de 19 établissements, nous a permis de collecter les réponses de 13 établissements, soit un taux de couverture de la population cible de 68,42%.
Emmanouil Karakostas
International Journal of Financial Accountability, Economics, Management, and Auditing (IJFAEMA), Volume 3, pp 1071-1081; https://doi.org/10.52502/ijfaema.v3i6.203

Abstract:
The financial sector is a very basic pillar of the international financial system. Almost all countries of the present international economic system participate in international financial services. Today's era, due to intense globalization, constant capital movements, continuous commercial integration and the ever-increasing financial interconnection, have made financial and insurance services an essential element of the present reality. The financial sector is an industry that is very 'sensitive' to the macroeconomic and political stability of countries. This means that countries that are considered unstable cannot have a positive impact on their financial activities. One country that has a strong position in the financial sector is the United Kingdom (UK). The question that can be asked is this: what are the factors that determine the optimal functioning of financial and insurance activities. One answer could be the strong financial institutions of a country. Another answer is the corruption indicator. Or even the existence of intervention by the state apparatus in the financial functions. Of course, these factors must have tangible proof of the functioning of the economy. State intervention, for example, does not entirely mean that it is dysfunctional. This study will seek to create a framework for the analysis of financial services factors. The methodology applied is The Multiple Linear Regression - Ordinary Least Squares (OLS).
Younes Tanani, Aziz Sair
International Journal of Financial Accountability, Economics, Management, and Auditing (IJFAEMA), Volume 3, pp 1047-1054; https://doi.org/10.52502/ijfaema.v3i6.188

Abstract:
La résilience touristique peut être définie comme la capacité d’une destination à rebondir après confrontation d’une crise, d’un risque ou d’un imprévu. Il renvoit à l’ensemble des efforts déployés par une destination pour se relancer après avoir persévérer des dommages et des risques suite à une catastrophe naturelle, une crise sanitaire ou des menaces sécuritaires qui peuvent porter préjudice à ce secteur. Ce travail a pour objet d’analyser et de mesurer l’adéquation entre l’offre pédagogique des formations sur le champ touristique et le besoin au niveau du marché du travail. Ceci va permet aux entreprises touristiques de bénéficier aussi bien du savoir, du savoir-être que du savoir-faire de leurs ressources humaines. Pour cela, notre recherche s’intervient pour détecter l’écart entre la formation supérieure au niveau du secteur touristique et le besoin existant au marché, ainsi qu’elle n’est plus adéquate avec les attentes des destinations touristiques.
Zouhair El Azzouzi
International Journal of Financial Accountability, Economics, Management, and Auditing (IJFAEMA), Volume 3, pp 1138-1150; https://doi.org/10.52502/ijfaema.v3i6.231

Abstract:
La finance participative est peu connue, surtout au niveau de certaines techniques avec des structures compliquées, de même, les clients bancaires musulmans ne sont pas seulement motivés par la religion, le rendement se présente aussi comme un facteur essentiel pour certains segments. Par conséquent, les banques participatives doivent veiller à une bonne combinaison des facteurs entrant dans l’élaboration et la commercialisation du produit. Notamment, les directives réglementaires, l’éducation et la sensibilisation des clients et le facteur personnel. La communication doit être intensifiée pour promouvoir la finance participative en s’appuyant sur ces valeurs éthiques et religieuses englobées dans la doctrine musulmane. Elle doit aussi veiller à une formation adéquate du personnel. Entant qu’un facteur important dans la communication des comptes d’investissement de partage de profit et de perte, ce dernier doit être sensibilisé est cultivé à-propos de son importance dans la contribution à la promotion du produit. Le personnel doit communiquer et expliquer le fonctionnement du produit avec tout engagement et responsabilité. Notamment la bonne explication des réserves qui mettent en cause souvent la conformité à la « charia » du compte.
Back to Top Top