Refine Search

New Search

Results: 15

(searched for: doi:10.4000/rfp.3998)
Save to Scifeed
Page of 1
Articles per Page
by
Show export options
  Select all
Philippe Tremblay
Published: 2 February 2021
Éducation et francophonie, Volume 48, pp 14-36; https://doi.org/10.7202/1075033ar

Abstract:
Dans cet article, le concept de coenseignement est analysé sur ses fondements et ses définitions. Pour ce faire, une recension systématique des écrits publiés depuis l’apparition de ce terme a été effectuée. Les différentes définitions recensées ont été analysées sur la base du concept de dispositif et de ses composantes. L’analyse montre que le coenseignement a deux fondements principaux en rupture avec l’enseignement traditionnel/ordinaire : un fondement pédagogique et un fondement inclusif. Les définitions se sont également diversifiées, mais également clarifiées. En effet, l’analyse des définitions du coenseignement montre des différences et des évolutions sur les plans de la population, des objectifs/finalités et des ressources, tandis que les actions et l’espace/temps montrent plus de cohérence. En somme, le coenseignement possède autant différentes qualités (ou composantes) particulières (population, objectifs, espace/temps, etc.) qu’une qualité différente de l’enseignement.
Véronique Barthélémy
Nouveaux cahiers de la recherche en éducation, Volume 22, pp 45-68; https://doi.org/10.7202/1074422ar

Abstract:
La question du décrochage scolaire est devenue non seulement un objet de recherche scientifique mais aussi une préoccupation politique et sociale. Ainsi, des plans d’actions gouvernementaux accompagnés de dispositifs se développent dans les établissements scolaires. Prenant appui sur l’expérience menée dans une cité scolaire, nous étudions en quoi le « dispositif de remédiation et de tutorat », destiné aux lycéens en difficulté à risque de décrochage, peut changer leur rapport à l’école et permettre leur raccrochage. Nous situant dans une approche compréhensive, nous considérons les élèves comme des informateurs capables de relater leur pratique et d’y réfléchir; huit élèves sont interrogés par entretien. Nos résultats montrent qu’ils ont progressé scolairement et méthodologiquement, réintégré leur lycée et développé la confiance en eux.
Philippe Tremblay, Nancy Granger
Published: 1 January 2020
Éducation et francophonie, Volume 48, pp 1-13; https://doi.org/10.7202/1075032ar

Abstract:
Un article de la revue Éducation et francophonie, diffusée par la plateforme Érudit.
Chantal Amade-Escot
Published: 30 October 2019
Éducation et didactique pp 109-114; https://doi.org/10.4000/educationdidactique.3899

Abstract:
L’épistémologie des professeurs Le terme « d’épistémologie des professeurs » apparaît assez tôt en didactique des mathématiques (Brousseau, 1986) dans une acception sensiblement différente de celle en usage dans la recherche anglo-saxonne qui s’intéressait principalement au milieu des années 80 aux bases de connaissances et aux croyances épistémiques des enseignants, dont celles relatives aux « contenus académiques » (Kagan, 1992, p. 67)...
Patrick Picard, Maíra Mamede, Julien Netter
Published: 30 April 2018
Recherche & formation pp 109-119; https://doi.org/10.4000/rechercheformation.3566

Abstract:
Patrick Picard est devenu instituteur en 1977, exerçant en particulier dans l’enseignement spécialisé et l’éducation prioritaire. Dans les années 1990, il s’engage dans la création du Syndicat national unitaire des instituteurs, professeurs des écoles et professeurs d’enseignement général de collège (SNUipp). Soucieux de concilier syndicalisme et transformation de l’école, il devient, pendant six ans, corédacteur en chef de Fenêtres sur cours où il essaye de lier les mondes du terrain et de l...
Gwénaël Lefeuvre, Audrey Murillo
Published: 31 December 2017
Éducation et didactique, Volume 11, pp 73-100; https://doi.org/10.4000/educationdidactique.2845

Abstract:
Cet article analyse l’évolution de l’activité d’enseignement au cours d’une année scolaire lors de séances de lecture (découvertes collectives de textes), au Cours Préparatoire. À partir du cadre théorique de la conceptualisation dans l’action, et au moyen d’un recueil de données qualitatives et quantitatives, nous montrons que l’activité de l’enseignante observée est organisée par un modèle opératif structuré autour de deux concepts : 1) l’écart entre le niveau de difficulté de la tâche et les performances d’un groupe d’élèves, 2) l’écart entre les attentes éducatives et pédagogiques de l’enseignante et les comportements des élèves. À deux reprises dans l’année, lorsque ces écarts sont perçus par l’enseignante comme inacceptables, elle met en place une nouvelle classe de situations qui se traduit par 1) une adaptation du niveau de difficulté des tâches à un nouveau groupe de pilotage (les élèves « forts », les « moyens » puis davantage les « faibles »), 2) de nouveaux buts prédominants (tels maintenir l’unité du groupe-classe ou prendre en compte la singularité des élèves), 3) de nouvelles règles d’action (concernant la temporalité de la séance, les regroupements des élèves, les tâches qui leur sont prescrites et les interactions enseignant-élèves). Ce sont finalement trois modes de gestion de l’hétérogénéité des élèves, correspondant à trois classes de situations, qui sont mis en place par l’enseignante au fur et à mesure de l’année scolaire, et que nous nous attachons à mettre en exergue. This article analyzes how a teaching practice evolves in first grade reading lessons over one school year. Based on the theoretical framework of conceptualization in action, and a collection of both qualitative and quantitative data, we show how the teacher we observed organizes her teaching using an operational model structured around two concepts: 1) the disparity between the level of difficulty associated with a task and how the students actually perform, 2) the disparity between the educational and pedagogical expectations of the teacher and the way the students behave. On two occasions in the year, the teacher considers these disparities to be unacceptable so she organizes a new set of teaching situations which involve 1) adapting the difficulty of the tasks to different steering groups (“high-achievers”, “average-achievers” and above all “low-achievers”), 2) setting herself new predominant goals (such as maintaining the unity of the group-class or taking into account the uniqueness of each student), 3) introducing new procedures (concerning the temporality of the lesson, the way students are grouped together to work, the tasks they are set and the teacher-student interactions). In the end, these are three ways of managing the heterogeneity of students, corresponding to three types of situation that the teacher sets up progressively during the school year and which we endeavor to highlight.
Marie Toullec-Théry
Published: 6 December 2017
Éducation et didactique, Volume 11, pp 53-56; https://doi.org/10.4000/educationdidactique.2724

Abstract:
Introduction Dans un article récent, Gentaz et al. (2013) produisent les résultats d’une enquête d’envergure proposant, à des élèves de CP, des entraînements pour optimiser leur apprentissage de la lecture (décodage et compréhension). En prenant appui sur une revue de littérature scientifique incontestée, sur des résultats de recherches expérimentales en psychologie cognitive aux résultats probants et fiables, ils ont, selon une méthodol...
Marie Toullec-Théry
Published: 19 December 2016
Éducation et didactique, Volume 10, pp 87-93; https://doi.org/10.4000/educationdidactique.2582

Abstract:
Nous tentons de montrer en quoi didactique et sciences sociales peuvent dialoguer, tout en prenant en compte deux obstacles majeurs à ce rapprochement, que nous retrouvons dans les textes de Go et Losego : la tension entre ce qui tient de l’individuel ou du collectif dans les gestes professoraux, mais aussi le rapport singulier aux savoirs entre les deux champs. We try to show how didactic and social sciences can dialogue while taking into account two major obstacles to this link. We encounter those two obstacles in the texts of Go and Losego: the tension between individual and collective in teachers gestures, but also the singular relation to knowledge between didactic and social sciences.
Corinne Marlot, Jean-Charles Chabanne
Published: 19 December 2016
Éducation et didactique, Volume 10, pp 9-19; https://doi.org/10.4000/educationdidactique.2546

Abstract:
Un(e) didacticien(ne) est à la fois un(e) ingénieur(e) et un(e) chercheur(e) en didactique qui intervient dans des situations et sur des objets qui relèvent d'approches larges et complexes de la « culture » et du « social ». Il / elle est et non seulement concepteur de dispositifs et de processus d'enseignement : mais il / elle doit aussi prendre en compte l'activité des individus à l'intérieur et à l'extérieur des institutions d’enseignement, d'un point de vue multicontextuel. Les multiples références aux environnements humains, sociétaux, politiques et éthiques, où se déroulent les phénomènes d'enseignement-apprentissage observés, élargissent nécessairement le champ d'intervention du didacticien. Les constructions didactiques théoriques et méthodologiques impliquent des relations complexes avec les Sciences Humaines et Sociales, en relation avec les différentes questions traitées par les approches didactiques.Le présent numéro donne à voir les travaux du deuxième atelier scientifique co-organisé par l'association ARCD et la revue Éducation & Didactique, dans la perspective de problématiser la géométrie et les enjeux de la didactique en questionnant leurs positionnements à l'intérieur des Sciences Humaines et Sociales. A scholar in didactics/instruction design is both an engineer and a researcher working on situations and objects, using broad and complex “cultural” and “social” approaches. He/she is not only a designer of instruction devices and processes but he/she also has to take into account individual’s activities inside and outside educational institutions, from a multicontextual point of view. Observed teaching-learning phenomena having multiple references to the human, societal, political and ethical contexts, the searcher field of intervention is undoubtedly wide. The theoretical and methodological didactic constructions involve complex relationships with the Social Sciences, to treat the questions raised by the different didactic approaches. This issue exposes the results produced at the second scientific workshop co-organized by the association ARCD and the journal Éducation & Didactique, in order to problematize the geometry and purposes of different didactics, while questioning their status within Human and Social Sciences.
Published: 8 October 2016
Abstract:
Actuellement, les politiques éducatives portent une attention accrue à la prévention et la lutte contre le décrochage scolaire, notamment parce qu’il représente un indicateur de l’état de santé des systèmes éducatifs. Les nombreuses études sur le sujet, principalement sociologiques, permettent de comprendre le phénomène comme un processus complexe et multifactoriel de désadhésion au travail scolaire. Dans leur prolongement, cet article, sur fond d’études empiriques, se donne pour ambition d’appréhender la problématique de la lutte contre le décrochage scolaire à partir d’une approche dite « orientée activité », c’est-à-dire au plus près des acteurs, de leurs pratiques et des significations qu’ils leur accordent en contexte de travail. Nous déclinerons trois hypothèses spécifiques de ce courant : l’hypothèse d’un développement par le sens et l’efficience, l’hypothèse d’un développement par des motifs concurrents, l’hypothèse d’un développement dans un « système d’activité ». L’adoption de ces hypothèses offre de nouvelles perspectives d’étude du phénomène dans une visée développementale, soutenant ainsi l’accroissement du pouvoir d’agir des professionnels de l’éducation au profit d’un meilleur accrochage scolaire des élèves et professionnel des enseignants.
Alain Mercier
Published: 1 December 2015
Contextes et didactiques; https://doi.org/10.4000/ced.473

Abstract:
Ce texte tente de montrer, sur quelques exemples supposés exemplaires, que la question qui fonde la revue Contextes et Didactique est une question centrale et non pas marginale. On étudiera donc la question du premier enseignement des nombres, un objet dont le caractère universel ne fait aucun doute, en montrant que, pour être efficace, cet enseignement doit être situé explicitement dans un contexte à la fois social et épistémologique, et que la réforme moderniste des années 1970 a conduit à tout le contraire : pourquoi et comment il faut enfin le comprendre parce qu'il est urgent de revenir à un enseignement socialement efficace. Un outil d'analyse didactique sera mis au travail dans une version explicitement anthropologique : la notion de situation fondamentale pour un corps de savoirs.
Fabienne Brière-Guenoun
Questions vives recherches en éducation; https://doi.org/10.4000/questionsvives.1623

Abstract:
Cette recherche vise à rendre compte de la dynamique du curriculum en actes à partir d’une analyse des « gestes didactiques de métier » d’un enseignant stagiaire d’EPS. Elle s’intéresse aux manières dont ce dernier met à l’étude les savoirs dans l’interaction didactique dans deux leçons à différents moments de l’année. La méthodologie croise des données d’enregistrements filmés et d’entretiens. L’analyse comparative des gestes de l’enseignant stagiaire lors des deux leçons révèle des divergences attribuées à la spécificité des activités enseignées ainsi qu’à l’affirmation de son style au fil de l’expérience. Au-delà, les résultats témoignent d’une réappropriation personnelle par l’enseignant des préconstruits institutionnels et culturels dans l’action conjointe. La discussion envisage les choix méthodologiques et théoriques opérés pour étudier la mise en actes du curriculum.
Marie-Pierre Trinquier
Published: 31 December 2013
Revue française de pédagogie pp 103-116; https://doi.org/10.4000/rfp.4312

Abstract:
Cet article souhaite rendre intelligibles les pratiques de classe en situation ordinaire. Il présente quelques représentations génériques explicites et implicites, celles de l’élève, de la tâche et du processus d’enseignement, activées dans les propos que des enseignants de CE1 adressent à leurs élèves faibles, forts, et moyens. L’implicite représentationnel sous-tend plutôt les propos adressés aux faibles, l’explicite plutôt ceux adressés aux moyens. Le discours envers les forts relève des deux tendances.
Page of 1
Articles per Page
by
Show export options
  Select all
Back to Top Top